0-1 an, 1-3 ans

Peur du noir : comment aider votre enfant ?

Comprendre les raisons de l’appréhension pour aider nos petits à vaincre leur nyctophobie.

Depuis quelques temps, votre enfant a peur du noir. L’obscurité est désormais pour lui synonyme de monstres tapis sous le lit, de sorcière cachée dans le placard. Découvrez comment naît la nyctophobie et quelques astuces pour rassurer votre bambin.

Qu’est-ce que la peur du noir ?

La peur du noir, ou nyctophobie, c’est une angoisse qui saisit une personne (souvent un enfant) dès lors qu’il est plongé dans l’obscurité. Désorienté, il s’imagine que chaque recoin cache une menace, un monstre tapi, prêt à bondir sur lui. Son imagination s’enflamme, tout devient danger et seule la lumière peut le calmer.

Pourquoi nos enfants sont-ils terrifiés, la nuit ?

Entre deux et cinq ans, la plupart des enfants ont peur du noir. A ces âges, leur niveau de conscience progresse et leur imagination galope : le cocktail idéal pour voir des sorcières et des monstres tapis dans l’ombre !

Dans le noir, également, votre enfant se trouve totalement désorienté. Il ne trouve plus son doudou, ne peut pas vérifier que tout est en ordre dans sa chambre et craint de se perdre sur le chemin des toilettes.

En fait, plus que le noir stricto sensu, ce que craint votre enfant c’est ce qu’il ne voit pas, ce qu’il ne reconnaît pas, c’est un environnement dont la maîtrise lui échappe.

Une veilleuse pour le rassurer et le guider

La première des mesures à prendre, c’est l’installation d’une petite veilleuse, si possible sans fil et déplaçable : elle rassurera votre bambin et il pourra la prendre avec lui pour aller aux toilettes pendant la nuit.

Définir les objets de sa terreur

Ensuite, prenez le temps d’évoquer précisément avec votre enfant de ce qui lui fait peur. Incitez-le à dessiner l’objet de ses frayeurs : monstres, sorcières, dinosaure, tigre…

Parlez-en ensemble et allez ensuite avec lui vérifier tous les recoins qui l’angoissent. C’est le “principe de réalité” et vous allez le lui rappeler très gentiment, calmement et sans jamais le juger dans sa peur : rien ne se cache sous le lit ou dans le placard, les sorcières n’existent pas, les dinosaures sont éteints, les tigres vivent dans la jungle indienne et les loups vivent en meutes dans les forêts de montagne et ne rentrent jamais dans les maisons…

Expliquez-lui les bruits, les ombres

Une bonne façon de circonscrire les sources d’angoisses, c’est de les expliquer “en direct” à votre petit.

Restez avec lui dans le noir, pendant un moment. Identifiez chaque bruit (tu vois, c’est le compresseur du réfrigérateur, là, c’est l’essorage de la machine à laver des voisins, ce grincement c’est le rideau de fer de l’épicier en bas de la rue…), levez le voile sur chaque ombre qui l’angoisse, chaque recoin un peu trop sombre.

B Rosen

Prouvez-lui son courage

Il faut à tout prix éviter d’enfermer votre enfant dans son angoisse, sa phobie, au risque qu’elle ne le suive plus tard. Ne lui dites donc pas que vous aussi vous aviez peur du noir, ça renforcerait sa peur. Mais par contre, n’hésitez pas à partager une de vos angoisses enfantines que lui n’éprouve pas (“tu sais, moi j’avais peur de glisser sur le grand toboggan/de mettre la tête sous l’eau…”).

Rappelez-lui toutes les choses incroyablement courageuses et hardies qu’il fait et dont il n’a pas peur (aller dormir chez des amis, plonger dans une piscine…). Avoir peur c’est normal, mais il n’a pas peur de tout, il n’est pas un trouillard.

Petit à petit

Pour un enfant, apprivoiser sa peur du noir prend du temps, la victoire ne se fait pas en un soir et il se peut que vous ayiez à l’aider jour après jour pendant une longue période. Expliquer, réexpliquer, ouvrir les placard, se pencher sous le lit, plusieurs fois, encore et encore.

Mais un jour, parce qu’il aura vaincu son angoisse de séparation et qu’il sera arrivé à un niveau de conscience suffisant pour faire le tri entre imaginaire et réalité, votre bambin adoré sera devenu un grand qui n’aura – presque – plus peur du noir. Presque parce qu’en réalité qui peut affirmer être totalement à l’aise dans le noir ?

Peur du loup, peur de tout de Béatrice Copper-Royer

Infos pratiques pour vaincre les sorcières de la nuit…

  • Peur du loup, peur de tout de Béatrice Copper-Royer (Albin Michel) : un ouvrage pratique qui aide les parents à répondre aux peurs de leurs enfants.
  • Tu ne dors pas, Petit Ours ? de Martin Waddell (L’Ecole des Loisirs) : un livre qui montre que c’est en affrontant ses peurs qu’on parvient à les dépasser.
  • La veilleuse BRUNOKO se présente sous forme de petit lapin en silicone. Rechargeable, transportable, douce, sûre et lavable, et sans BPA. Très pratique et rassurant pour les enfants.

Votre enfant a peur du noir ? Vous l’avez aidé à dépasser ses angoisses ? Partagez avec nous votre expérience en publiant un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.