Grossesse

3e trimestre de grossesse

Après le triomphalisme des mois précédents, c’est le retour des petits désagréments. Et de l’impatience ! Mais quand va-t-il enfin arriver, ce bébé ?!!

Le troisième trimestre de la grossesse se résume en deux mots – “petits maux” et “impatience”. Après le triomphalisme bon teint des mois précédents, c’est le retour des petits soucis. Rien de grave généralement, c’est juste pénible ! Et puis l’impatience ! Le grand ras-le-bol qui survient en principe dès le 8e mois… Bébéguide vous dévoile le programme des réjouissances. Courage, c’est presque fini !

De plus en plus grosse, de plus en plus essoufflée, de plus en plus heureuse… Au cours du troisième trimestre, pendant que vous marchez comme un éléphant de mer, votre bout de chou, lui, se peaufine tranquillement, fait dans la finition et profite.
Suivez le guide !

Le septième mois

Il voit ! Votre ange voit ! Dommage qu’il soit dans la pénombre de la cavité utérine… Mais braquez une lumière intense sur votre ventre (le soleil par exemple) et Junior réagit.
Au-delà cela, au 7e mois, votre puce respire mieux, son système digestif est enfin opérationnel et ses reins sont quasi terminés. Chouchou entend parfaitement et réagit aux bruits agressifs. Comme il commence à se trouver à l’étroit dans sa petite maison, il rue dans les brancards et vous avec ! Même si l’absence de place a tendance à ralentir ses mouvements…

A la fin de ce mois, le fruit de votre amour mesure de 40 à 42 cm pour 1,5 kg en moyenne.

De votre côté, vous êtes généralement cambrée, votre centre de gravité s’est encore déplacé vers l’avant. Gare aux maux de dos, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un ostéopathe ou un kinésithérapeute qui limitera les dégâts.
Vos seins s’alourdissent, votre ventre est généralement en pleine euphorie expansionniste et vos cuisses profitent de la vie… Attention aux vergetures ! Mangez raisonnablement, massez-vous les zones à risques.
Vous pouvez avoir les chevilles et les jambes gonflées : il s’agit généralement de rétention d’eau. Phénomène peu esthétique, mais normal pendant la grossesse. Pour lutter contre ce désagrément, buvez beaucoup et évitez les vêtements trop serrés aux articulations.

A la fin de ce mois, votre utérus atteint la taille respectable de 24 à 28 cm et ce n’est pas fini !

Le huitième mois

Ça sent la fin… La future prunelle de vos yeux prend généralement sa position de départ – la tête en bas – et n’en bougera plus jusqu’à l’accouchement.
En dehors de cela, votre ange se fait beau (belle), se peaufine. Le cœur atteint sa forme définitive, le foie se perfectionne, sa peau est plus lisse, plus rose, les contours de son visage s’arrondissent. Le lanugo, ce duvet qui le recouvrait, finit de tomber pour laisser place à un enduit blanchâtre et visqueux : le vernix caseosa qui le suivra dans le monde aérien.
Ne vous inquiétez pas si vous n’êtes plus aussi souvent secoué par les soubresauts de votre biquet. Il est à l’étroit, un éléphant dans un magasin de porcelaine… Si vous le sentez une fois par jour, tout va bien.

A la fin de ce mois, votre bébé mesure entre 45 et 47 cm pour 1,7 à 2,5 kg.

De votre côté, vous êtes lourde. Très lourde. Fatiguée, lassée, pressée. Patience, ce n’est toujours pas fini. Profitez-en, la grossesse vous laissera probablement un souvenir nostalgique.
Il vous arrive parfois de ressentir des douleurs au niveau du bassin, du dos, le ventre qui durcit. Pas de panique, votre corps se prépare doucement à l’accouchement, votre bassin s’élargit. Reposez-vous, prenez soin de vous.
Si votre médecin vous estime fatiguée, il peut vous prescrire un ” congé pathologique” de quatorze jours, commençant juste avant votre congé prénatal normal. Si vous attendez des jumeaux, vous pouvez cesser de travailler dès le début de ce mois.

A la fin de ce mois, votre utérus mesure 30 cm. Bravo !

Le neuvième mois

Houra et petites angoisses, l’arrivée de la merveille dans notre monde est imminente. Dès le début de ce mois, les risques de prématurité disparaissent.
Arrivé à 36 semaines, votre bébé est en principe prêt à quitter le nid douillet. Il amorce sa descente. Vous le voyez à votre ventre qui a curieusement changé de physionomie. Mais pour l’instant T, c’est lui qui choisira…

Quelle surprise vous réserve-t-il ?

De votre côté, vous êtes prête, mais un peu anxieuse. Les questions se bousculent dans votre tête. Un conseil : repoussez-les. Tout se passera naturellement une fois votre enfant dans vos bras et ces interrogations vous sembleront vides de sens a posteriori.
Vous tenez votre sac prêt pour le grand départ ! Et quel départ ! Félicitations ! Vous allez être mère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.